L'enseignement du FRANÇAIS à l'université marocaine

mercredi 17 juillet 20130 commentaires

Depuis les réformes successives du système éducatif, l'arabe gagnera du terrain dans le paysage linguistique marocain. Les étudiants inscrits à l'université ont beaucoup de mal à comprendre le discours complexe des cours magistraux. Beaucoup d'étudiants, ayant une compétence très approximative en langue française, quittent l'université dès la première année sans décrocher le diplôme. 


La langue française au Maroc est présente dans les différents secteurs importants de la société marocaine, comme les médias, l'administration publique et privée et dans l'enseignement, du primaire à l'université. Depuis la politique d'arabisation entamée par l’État au début des années 80, l'enseignement public primaire et secondaire commence à être dispensée en arabe, alors qu'à l'université l'apprentissage continua à se faire en langue française. cette situation provoque un déséquilibre sur plan politique éducative au Maroc et aussi au niveau du marché du travail.
L'enseignement du français au Maroc souffre de nombreux défauts. La qualité de l'enseignement du français devint déplorable, bon nombre d'élèves même après avoir obtenu leurs baccalauréats ont des réelles lacunes langagières à l'orale et à l'écrit. Les étudiants nouvellement inscrits à l’université se trouvent confrontés à un sérieux problème, celui de ne pas comprendre les cours et de ne pas interagir dans un milieu universitaire particulièrement exigeant.

Le mal dont souffre les étudiants inscrits en semestre 1 est la non compréhension du lexique spécialisé. Selon une étude, les statistiques montrent clairement , puisque les étudiants évoquent souvent les termes spécialisés et les désignent comme étant les plus gros souci affectant la compréhension des cours.

L'incompétence des étudiants sur le plan langagier a une double incidence. Premièrement, elle cause un échec scolaire, puisqu'un étudiant n'arrivant pas à comprendre les cours et ne pouvant pas répondre correctement aux questions qui lui seront posées lors de l'examen, échouera forcément et ne validera pas le semestre. Deuxièmement, les lauréats des universités n'ayant pas acquis une compétence suffisante en langue française auront énormément de difficultés à obtenir un emploi dans le marché féroce, ou la concurrence est rude et où les postes convoités ne sont pas très abondants comparé au nombre important de diplômés au Maroc.

Les cours de langue à l'université mettent à la disposition des responsables du centre ressources en langues seulement peu de salles, censés accueillir tous les étudiants de toutes les filières. La tâche s'avère donc être très difficile pour les administrations qui peinent à trouver des créneaux horaires flexibles afin d'augmenter les séances de cours. Le manque de salles est un sérieux problème qui ne fait qu'aggraver la situation de l'enseignement du français à l'université. Ainsi, les enseignants de langue rencontrent énormément de difficultés pour ce qui est du matériel didactique. L'enseignant est obligé de faire son cours dans des salles non équipées où il n'y a aucune installation audio, ce qui amène à ne plus enseigner les activités d'écoute aux étudiants.
Partagez cet article :
 
Copyright © 2018. Télécharger vos LIVRES en PDF gratuitement - Tous droits réservés