Plus la mort approche, plus on devient pratiquant

jeudi 20 août 20150 commentaires

En 2006, grâce au soutien de la Fondation Friedrich Elbert, Mohammed El Ayad, Hassan Rachik et Mohamed Tozy ont mené une enquête sur les valeurs et les pratiques religieuses au Maroc « L’islam au quotidien », dont les résultats ont été publiés en 2007 sous forme d’un rapport de 274 pages.
Avant de commencer, il faut savoir qu’aucune enquête exhaustive n’a été consacrée à la religion dans la société marocaine en général ni à la religion de la jeunesse précisément.


En lisant les pages du rapport, et surtout le deuxième chapitre qui traite « Les jeunes et la religion » écrit par Mohammed El Ayadi, nous pouvons sortir avec la conclusion suivante : « plus la mort approche, plus on devient pratiquant ».

57,7% des enquêtés déclarent que les jeunes générations connaissent mieux la religion que les générations passées. Ceci est le résultat de la progression de la scolarisation de la population marocaine et à la diminution progressive de l’analphabétisme dans la société. Cependant, les jeunes sont toujours moins pratiquants que les plus âgés. La pratique religieuse augmente avec l’âge au fur et à mesure du vieillissement et de la perspective de la fin de vie. Dans notre pays, la pratique religieuse ne dépend plus du degré de sa connaissance. Ce fait n’est pas spécifique juste aux musulmans, mais il se confirme pour toutes les religions. Toutes les études concernant toutes les sociétés religieuses au monde entier confirment le déclin de la religion chez les jeunes. C’est catastrophique pour la société musulmane.  

En ce qui concerne la prière, l’étude montre que seulement 41,6% des jeunes âgés entre 18-24 ans font la prière régulièrement alors que pour les personnes âgés de 60 ans et plus, 95,2% déclarent la faire régulièrement, ce qui montre que la pratique de la prière augmente avec l’âge. Ainsi, l’étude montre que les jeunes font la prière d’une manière irrégulière, alors que les pratiquants irréguliers de la prière ne sont que de 0,7% chez les 60 ans et plus.

Souvent, nous passons devant les cimetières, nous perdons des ami(e)s et des membres de la famille, nous croisons des cortèges funèbres, nous écoutons dans les médias l’annonce de décès des personnes les plus célèbres, … Ceci, d’une manière ou d’une autre, banalise la mort dans nos yeux surtout quand on est jeunes. A cet âge, la mort nous vient rarement à l’esprit, on y pense plus ou on évite d’y penser. Quand on est jeune, la beauté de la vie nous obsède, nous gagne et construit entre nous et la mort une barrière d’une telle façon que nous la négligeant.

Les résultats de l’étude confirment le titre de cet article. Ça devient une réalité. Plus la mort approche, plus on devient pratiquant. 

Partagez cet article :
 
Copyright © 2018. Télécharger vos LIVRES en PDF gratuitement - Tous droits réservés